Critique de film
9 Mois Ferme

La carrière de cinéaste d’Albert Dupontel n’a pas été à la hauteur de son premier film culte Bernie sorti en 1996. Suite à l’échec de son deuxième film le Créateur (pourtant sans doute son meilleur) sorti en 1999, il faudra attendre 2006 pour découvrir Enfermés Dehors puis le Vilain en 2010. Le Vilain qui d’ailleurs reste son plus grand succès public avec  921 000 entrées. Bernie a imposé un style d’humour très noir dans un univers peuplé de parias et de personnages peu recommandables.  Depuis quelques films il tente d’insérer dans ce schéma un aspect cartoon et splastick plus prononcé en allant vers une forme de comédie plus grand public et moins corrosive. Si on ne jugera pas l’intention force est de constater que ses films souffrent toujours un peu des mêmes problèmes. Rythme bancal, scenarii prétexte et redondance de l’humour.

On était donc curieux de découvrir son nouveau film 9 Mois Ferme précédé d’une excellente réputation après sa diffusion notamment à l’Etrange Festival le mois dernier. Récit d’une juge coincée et autoritaire droguée de travail (incarnée par la toujours parfaite Sandrine Kiberlain) qui se retrouve enceinte à sa plus grande surprise. Impossible de se souvenir du jour de la conception, ni du père de l’enfant. Et bien évidemment c’est là que Dupontel  (le personnage) entre en jeu ! Encore une fois le cinéaste oppose deux mondes, d’un côté le monde de la rue et de l’autre celui des bourgeois. Et si dans un premier temps on se dit qu’enfin il va sortir de son rôle de petit gars un peu limité intellectuellement et incapable de parler sans bafouiller, il retombe rapidement dans ses travers. Ce personnage de Dupontel qui est le même depuis Bernie n’est pas désagréable, ça pourrait même être sa marque de fabrique comme les burlesques d’antan (Charlot & co) ou le François Pinon de Weber. Mais là où justement ces personnages sont des réceptacles comiques qui subissent celui de Dupontel finit par être fatigant. Il phagocyte un peu trop son univers et le rend antipathique et lourdingue. Par ailleurs il est intéressant de constater que c’est quand il a quitté ce personnage (dans le Créateur) qu’il a réussi à se réinventer et à faire son meilleur film.

Paradoxalement ce sont les seconds rôles qui sont le plus réussi. Que ce soit Philippe Uchan dans le rôle d’un juge d’instruction grand-bourgeois maladroit, Philippe Dusquesne en médecin légiste hystérique et surtout Nicolas Marié en avocat bègue surexcité (qui dépasse en cabotinage l’ensemble de l’œuvre de Christian Clavier chez Jean-Marie Poiré) ils apportent cette dose de folie qui donne au film ses moments les plus drôles. Pour le reste Dupontel se retrouve un peu entre deux eaux, tentant d’un côté le slapstick à base d’objets dans sur la tête et de chutes improbables et l’humour noir de ses débuts un peu plus en sourdine aujourd’hui. L’ensemble ne fonctionne vraiment que par intermittence notamment à cause d’une construction une fois de plus assez mal rythmé avec notamment une longue scène centrale dans un appartement très théâtrale qui vient casser un peu la progression du film.

Après on ne va pas se le cacher, le film est relativement drôle. Tout le monde semble beaucoup s’amuser et comme toujours chez le cinéaste il y a une forme d’hystérie maîtrisée qui est grisante. Il y a notamment deux scènes véritablement hilarantes qui valent à elles seules le détour. Néanmoins on a un peu de mal à être totalement enthousiaste, on s’est gentiment amusé, le film passe très vite (il est extrêmement court, 1h22 générique compris), la mise en scène de Dupontel contient quelques idées visuelles ludiques et amusantes mais l’ensemble est un peu inégal et surtout on a le sentiment de l’avoir presque déjà totalement oublié à la sortie de la salle. 

Durée : 1h22

Date de sortie FR : 16-10-2013
Date de sortie BE : 16-10-2013
PAR LE MÊME RÉALISATEUR
PARTAGEZ CET ARTICLE
LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE
Nom : (Obligatoire)
Mail : (Obligatoire)
Site web :

Wesley
26 Juin 2017 à 15h19

I must say you have high quality articles here.
Your posts can go viral. You need initial traffic only. How to get massive traffic?
Search for; Murgrabia's tools go viral

RIVOALLON
15 Novembre 2013 à 08h52

CE CRITIQUE DEVRAIT CHANGER DE METIER !
LIKEZ LE PASSEUR !
Critique mise en ligne le 10 Octobre 2013

AUTEUR
Grégory Audermatte
[177] articles publiés

"Schizophrène cinéphile qui s'éclate autant devant The Hobbit que devant un  B&...
[en savoir plus]

NOS DERNIERS ARTICLES