Critique de film
America

Claus Drexel (Au bord du monde) a filmé l’Amérique reculée pendant les élections présidentielles de 2016 dans la ville de Seligman en Arizona. Le document – sans être exceptionnel – donne de l’attention à tout le monde sans aucune remontrance. Le documentariste donne à voir la rudesse de la ruralité mêlée au rêve américain à l’agonie.

Abandon et fixité

Les entretiens sont entrecoupés par les paysages grandioses de l’Arizona : les canyons, le ciel bleu et les plaines tout droit sorties des westerns fordiens. Ces vues retranscrivent correctement l’immensité de la solitude de cette population en plein désœuvrement. Ils vivent littéralement dans le vide, dans un désert affectif et moral. Claus Drexel a le mérite de filmer le flux de la parole d’un point de vue cohérent. On est coincé, comme ces personnages, condamné à ne pas agir, quitte à parfois sombrer dans la léthargie. Le cinéaste capte en 14mm des portraits hauts en couleur, des figures fantomatiques qui rappellent celles dépeintes par John Boorman dans Délivrance (1972) : des physiques avachis et exténués, comme ces motels et ces stations-service en ruines qui jonchent le bord de la route.

Des éléments de compréhension

Étonnamment, les habitants de Seligman ne votent pas forcément en faveur de Trump (qu’on ne voit jamais mais qu’on entend comme une voix perdue dans l’obscurité), mais contre Hilary Clinton, par peur de voir le second amendement être remis en question. La place des armes dans le film est centrale. Les gros calibres sont à la fois dans l’image, comme des totems ou des décorations, et dans toutes les bouches. Les propos sont perturbants et parfois irrecevables, mais ils sont baignés d’humanité : il faut avant tout contextualiser toutes ces informations avec la culture américaine. C’est très certainement le point faible du documentaire : il n’apprend rien de fondamentalement nouveau. On préfère le voyage ethnologique de Raymond Depardon dans Les Habitants (2016) qui a lui aussi la même ambition : prendre le pouls d’une nation par la parole. America est néanmoins à l’écoute et refuse l’ostracisme. Le récit n’est ni condescendant ni méprisant. C’est déjà ça…

Réalisateur : Claus Drexel

Acteurs : (Indisponible)

Durée : 01h22

Date de sortie FR : 14-03-2018
Date de sortie BE : (date indisponible)
PAR LE MÊME RÉALISATEUR
PARTAGEZ CET ARTICLE
LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE
Nom : (Obligatoire)
Mail : (Obligatoire)
Site web :
LIKEZ LE PASSEUR !
Critique mise en ligne le 23 Mars 2018

AUTEUR
William Le Personnic
[31] articles publiés

Amoureux du cinéma et de l’art pour mieux comprendre le monde, veilleur et archiviste de l’image, c...
[en savoir plus]

NOS DERNIERS ARTICLES