Critique de film
Ant-Man

Depuis l'apparition du logo Disney en préambule des productions  Marvel et le succès démesuré d'Avengers , les super- héros ont perdus de leur superbe.  Fantassins au service d'une franchise décliné en phases successives avec comme horizon actuel 2028, Thor, Iron Man ou Captain America n'ont eut droit à leur film respectif que pour servir de produit d'appel au suivant.  Dans ce bordel narratif plus commercial qu'artistique, où l'identité particulière des différents comics semble avoir été abandonné au profit d'une esthétique de téléfilm lambda, un film aurait pu tirer son épingle du jeu. Projet de longue date du cinéaste  Edgar Wright initié au début des années 2000 par Wright en personne avant d'être officialisé en 2006 par Marvel, Ant-Man semblait pouvoir échapper à l'uniformisation du studio. A contrario des réalisateurs interchangeables de l'écurie Marvel, l'attachement  indéfectible de Wright à Ant-Man au fil des années promettait un film singulier et travaillé par une authentique passion pour le matériau d'origine.

L'annonce du départ de Wright quelques semaines avant le tournage, après une énième réécriture exigé par le studio pour se conformer à l'univers étendu Marvel, aura mis fin à tout ces espoirs de revoir de sitôt un film de super héros où la vision d'un cinéaste importe plus que l'agenda du studio. Le film actuellement dans les salles et réalisé platement par Peyton Reed est un véritable crève-cœur. L'écriture cinématographique et la mise en scène millimétré d'Edgar Wright ont disparu au profit d'un découpage télévisuel et d'un scénario sans véritable enjeux.
Seules quelques brillantes idées scéniques, à l'image du dernier acte où s'affrontent Ant-Man et Yellowjacket dans une chambre d'enfant entre petit train et montagnes russes, laissent entrevoir l'autre film qu'aurait été Ant-Man sous la direction d' Edgar Wright.

Plutôt que de se lamenter sur ce formidable gâchis de talents on se remémorera les paroles teintées de malice de Michael Douglas après le départ de Wright :
"Je suis de tout cœur avec Edgar (Wright).  Il s'est investit dans ce projet depuis si longtemps et il est si talentueux que nous ne devrons pas tarder à avoir de ses nouvelles prochainement. Je suis certain que ces retrouvailles auront un petit goût de VENGEANCE".
Une chose est sûre, nous aussi.

Et plutôt que la bande annonce habituelle, on vous propose de revoir les dernières minutes de Hot Fuzz qui semblaient dejà contenir en germe le final d'Ant-Man (avec un rapport d'échelle ici inversé et les moyens d'une petite production anglaise).
 

Durée : 01h57

Date de sortie FR : 15-07-2015
Date de sortie BE : 15-07-2015
PAR LE MÊME RÉALISATEUR
PARTAGEZ CET ARTICLE
LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE
Nom : (Obligatoire)
Mail : (Obligatoire)
Site web :
LIKEZ LE PASSEUR !
Critique mise en ligne le 20 Juillet 2015

AUTEUR
Manuel Haas
[113] articles publiés

Biberonnée au cinéma populaire, ma cinéphilie ne connaît pas de frontières et se ...
[en savoir plus]

NOS DERNIERS ARTICLES