Critique de film
Birdman

En lévitation dans sa loge, Riggan Thomson, écoute la voix caverneuse et aigrie qui lui tient compagnie en bon schizo qu’il est devenu depuis qu’il ne tient plus le haut de l’affiche à Hollywood. L’acteur surtout connu pour son rôle de Birdman, un super-héros, qui avait fait sa renommée, tente cette fois-ci de rebondir sur les planches de Broadway. Mais rien ne se passe comme prévu… Son casting ne lui convient pas, il a des relations houleuses avec sa fille qui sort d’une cure de désintoxe, sa petite amie lui balance qu’elle est enceinte, et son ex-femme n’est pas avare de reproches… lui n’aspire pourtant qu’à être aimé, la pièce qu’il adapte est sans équivoque « Parlez-moi d’amour » de Raymond Carver. Bref, il broie du noir. Egocentrique, prisonnier d’un reflet déjà mort, Thomson promène sa carcasse dans les couloirs du St. James Theater… d’où peut encore venir son sursaut ?

Ego blessé 

Inarritu qui s’intéresse à la nature éphémère du succès… ça doit forcément faire écho à une peur personnelle et à une carrière qui s’essoufflait un peu, tournant en rond autour du concept de film choral… Amours Chiennes, 21 grammes, Babel, exception faite de Biutiful, obscur objet dépressif irradié par la performance merveilleuse de Javier Bardem. Nature éphémère du succès et condition de l’artiste dans une industrie qui les presse, les broie avant de vénérer le fantôme de leur jeunesse éternelle et de balancer leur peau chagrinée au souvenir, mais aussi nature et état du cinéma contemporain questionnent le réalisateur mexicain. Inarritu montre à qui veut bien le voir qu’il est capable, lui aussi, d’envoyer du gros bois à l’écran, de faire exploser des buildings et de créer des monstres numériques pour exciter le geeks boutonneux (sic). Se détache donc de l’entreprise une critique acerbe et fort appuyée (pour ne pas dire lourdingue) des blockbusters de super-héros, nouvelle tendance commerciale du cinéma américain. Inarritu le sous-entend : « Oui, moi aussi je peux le faire, mais ça ne m’intéresse pas… ce que j’aime c’est le cinéma d’auteur ».

Lubezki le génie

Pourtant la virtuosité de la mise en scène n’est pas l’apanage des blockbusters, Inarritu se trompe peut-être d’angle d’attaque. Il suffit de voir tournoyer la caméra du génie Lubezki (directeur de la photo de Cuaron et Malick notamment) dans le dédale du théâtre et d’être soufflé par l’éclairage de chaque plan pour s’en rendre compte. Enfin de ce long plan-séquence devrais-je dire… Car le film est construit de la sorte… pour donner l’impression d’un plan unique. Les quatre scénaristes (Inarritu, Giacobone, Dinelaris et Bo réalisateur d’Ultimo Elvis) n’ont pas démérité pour que cette structure prenne vie à l’écran. C’est évidemment ce qu’on appelle un faux plan séquence, sans plan de coupe apparent, ils sont glissés discrètement sur les ouvertures de porte ou quand les acteurs tournent dans les couloirs, toujours de dos pour éviter que les expressions de leurs visages ne trahissent la supercherie. Pari réussi toutefois car c’est bluffant et revigorant, plein d’une énergie du désespoir à laquelle les comédiens se frottent, le nerveux Edward Norton, la prestidigitatrice de larmes Naomi Watts, la surprise Emma Stone, le parfait Zach Galifinanakis, la délicate Amy Ryan et Michael Keaton évidemment, nouveau clin d’œil appuyé du réalisateur au funeste passé de super-héros de l’acteur, le Batman dandy de Burton.

Critique de la critique

En fait, ce sont surtout les scénarios des blockbusters qui chagrinent, ce qu’ils transmettent ou plutôt ne transmettent pas, et malheureusement le scénario de Birdman n’a, lui non plus, rien d’extraordinaire. A la charge au vitriol contre l’industrie du cinéma américain, Inarritu et ses trois copains d’écriture croient bon d’associer une critique de la critique, sempiternelle guerre de tranchée entre les auteurs et ceux qui « jugent » leur travail. On y entendra donc beaucoup de poncifs comme la prise de risque et le relatif manque de connaissance technique des critiques quand ils écrivent leurs mots d’esprit assassins. On leur donne beaucoup de pouvoir à ces journalistes subjectifs. L’égo blessé de Thomson c’est donc celui d’Inarritu…

Au-delà de ces attaques frontales manquant de subtilité, Birdman est une magnifique ode aux comédiens et surtout un film reliant le théâtre au cinéma comme aurait pu le faire Resnais mais avec la virtuosité de Lubezki, un des plus grands directeurs de la photo. Le regarder filmer et éclairer les acteurs permet de comprendre pourquoi le cinéma est un art merveilleux.

Durée : 1h59

Date de sortie FR : 25-02-2015
Date de sortie BE : 28-01-2015
PAR LE MÊME RÉALISATEUR
PARTAGEZ CET ARTICLE
LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE
Nom : (Obligatoire)
Mail : (Obligatoire)
Site web :
LIKEZ LE PASSEUR !
Critique mise en ligne le 16 Janvier 2015

AUTEUR
Cyrille Falisse
[979] articles publiés

Créateur et rédacteur en chef du site, j'ai toujours eu deux maîtresses : l'écr...
[en savoir plus]

NOS DERNIERS ARTICLES