Critique de film
Dracula 3D

La présentation du dernier film d’Argento au festival de Cannes 2012 avait tout d’une marche funèbre de premier ordre dont l’académie des arts cannoise a le secret.
Dernière étape d’une véritable descente aux enfers entamée avec le Sang des Innocents en 2001, Dracula 3D fonctionne sur la nostalgie d’une époque révolue où Argento donnait ses lettres de noblesse au cinéma horrifique transalpin.

Après une adaptation ratée du Fantôme de l’Opéra, Argento se confronte à une nouvelle figure mythologique du bestiaire fantastique. L’argument marketing de la 3D sert de cache misère à un scénario sans originalité qui joue la carte de l’hommage suranné au classique du genre, du Nosferatu de Murnau au Dracula de Coppola.

Jonathan Harker, Mina, Van Helsing et le comte Dracula ont à nouveau rendez-vous sur les terres de Transylvanie mais la direction d’acteur est abandonnée à l’entrée du château. Rutger Hauer interprète un Van Helsing grabataire, plus prompt à sucrer les fraises qu’à jouer du crucifix, tandis que la fille du cinéaste, Asia Argento continue d’anéantir tous les espoirs que les fans de cinéma de genre avaient placés en elle comme nouvelle icône du cinéma fantastique. En comte Dracula, Thomas Kretschmann frise le ridicule, entre phrases sentencieuses et transformations ridicules imposées par le scénario, dont une métamorphose hilarante du célèbre vampire en mante religieuse.

D’une laideur inouïe, les effets spéciaux numériques jurent avec la belle photographie du grand chef opérateur italien Luciano Tovoli (Suspiria/Profession Reporter), seul maître à bord du navire. Dracula 3D ressemble à une production Hammer revisité par notre Jean Rollin national.

Devenu l’ombre de lui-même le cinéma d’Argento peut enfin être célébré par ceux-là même qui lui ont tourné le dos en pleine période de gloire. Les vampires ne sont jamais ceux que l’on croit.

Durée : 01h46

Date de sortie FR : 27-11-2013
Date de sortie BE : 12-04-2012
PAR LE MÊME RÉALISATEUR
PARTAGEZ CET ARTICLE
LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE
Nom : (Obligatoire)
Mail : (Obligatoire)
Site web :

Master
14 Juillet 2015 à 01h56

Bon film, bonne atmosphère horrifique !
LIKEZ LE PASSEUR !
Critique mise en ligne le 01 Décembre 2013

AUTEUR
Manuel Haas
[107] articles publiés

Biberonnée au cinéma populaire, ma cinéphilie ne connaît pas de frontières et se ...
[en savoir plus]

NOS DERNIERS ARTICLES