Critique de film
Illégitime

Dans Illégitime, Adrian Sitaru entraîne son audience au cœur de complications familiales tendues, sur fond de matière froide et pluvieuse. Plusieurs enfants découvrent des révélations choquantes sur le passé de leur père, puis, Roméo et Sasha, jumeaux, s'adonnent sans pouvoir résister à une passion « amoureuse ». Le film aborde la dérangeante question de l'inceste en la liant au thème de l'avortement dans le paysage politique et social roumain. Alors, la sortie de la salle obscure ne se fait pas sans séquelles …

Sans gêne

Roméo, encore perdu dans un amour interdit, aime Sasha, sa sœur jumelle. L'amour est consommé, pailleté d'une complicité sans égal. Le réalisateur filme cette passion illicite sans intention de choquer. Il opte pour un naturalisme frontal, dénué de gêne. Cette absence de provocation révèle la finesse de mise en forme du cinéaste tout en bâtissant un rempart déstabilisant pour les spectateurs. Un voile de confusion se pose alors sur la pellicule : sommes-nous témoins d'une ode à la liberté ? Résister à ses pulsions, voilà ce qui serait vraiment contre nature ? Le réalisateur brouille la lisibilité de ses messages avec un naturel glaçant et pousse le public à se questionner, à se raisonner le temps de la fiction puis à l'infini.

Autocensure ?

Pour rendre le tabou de l'inceste encore plus déroutant, le réalisateur le fusionne intimement avec celui de l'avortement. Ici encore, une opacité sur les intentions du cinéaste est volontairement posée et les actes des personnages font face au libre arbitre du public, perdu dans la linéarité de la morale. L'absence décomplexée de prise de parti du réalisateur fait, non sans contradiction, la force d'Illégitime. Mais est-elle réelle ou camouflée ? En refusant d'intégrer l'avortement de Sasha au scénario, Sitaru critique sûrement (et sournoisement) l'héritage anti-avortement qui domine les mœurs en Roumanie. La technique maîtrisée du cinéaste pour brumer ses intentions s'apparente sous quelques aspects à de l'autocensure. En effet, l'hypocrisie d'un gouvernement, ici personnifiée par le personnage du père, peut être dénoncée ainsi : montrer et blâmer l'inceste pour mieux cautionner son fruit.

Une jeunesse étranglée

Au delà de provoquer un malaise certain, Illégitime dessine également de contours gris une jeunesse roumaine révoltée par les figures austères de son passé. Sitaru filme des enfants qui tentent de tuer le père, de détruire les ruines trop résistantes d'une société qu'ils refusent. Les comédiens incarnent cette fougue avec un naturalisme qui passe de la candeur à la gravité sombre sans fausses notes. Puis, le réalisateur choisit d'étancher leur soif en étouffant leur rébellion dans le cadre d'une photo de famille qui fait guise d'épilogue … Finalement, la provocation s'invite, mais trop tard.

Réalisateur : Adrian Sitaru

Acteurs : Adrian Titieni, Alina Grigore, Robi Urs

Durée : 01h29

Date de sortie FR : 08-06-2016
Date de sortie BE : (date indisponible)
PAR LE MÊME RÉALISATEUR
PARTAGEZ CET ARTICLE
LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE
Nom : (Obligatoire)
Mail : (Obligatoire)
Site web :
LIKEZ LE PASSEUR !
Critique mise en ligne le 07 Mai 2016

AUTEUR
Alice Carlos
[16] articles publiés

Fascinée par l'impression de réalité procurée par l'image cinématographique, ce qui me captive encore pl...
[en savoir plus]

NOS DERNIERS ARTICLES