Critique de film
Jeannette, l'enfance de Jeanne d'Arc

Après être passé par la compétition officielle de Cannes en 2016, avec le grandiloquent Ma Loute, Bruno Dumont revient à la quinzaine des réalisateurs – qu'il avait déjà bousculée avec son Petit Quinquin en 2014 – avec Jeannette, un objet aussi improbable que fondamentalement subversif.

Jeannette, l'enfance de Jeanne-d'Arc est une œuvre aussi audacieuse que son sujet : comédie musicale sur la jeunesse de la Pucelle d'Orléans, tiré de l'ouvrage Mystère de la charité de Jeanne-d'Arc par Charles Péguy (socialiste athée au moment de l'écriture), et mis en musique par lgorrr. Si cette perspective peut prêter au sourire – ou même pousser parfois à une certaine forme de malaise – Dumont semble vouloir passer par le médium du chant pour donner une profondeur et une attention nouvelle à l'oeuvre de Péguy, qui se veut plutôt actuelle. Dans ses premières minutes Jeannette déroute. Les jeunes actrices bafouillent sur le vocabulaire délicat de l'auteur. Les mots ne sortent pas complètement, ou du moins ils se retrouvent déformés par le diction d'une jeune fille de neuf-ans. En ce sens, Lise Leplat Prudhomme captive (petit miracle du casting composé de non-professionels, véritable empreinte du cinéaste). Cet aspect tordu donne une dimension poétique à l'oeuvre qui se tisse peu à peu comme une belle anomalie. Dans cette même idée de hiatus, c'est Philippe Decouflé, l'une des figures majeures de la danse française – découvert par le grand public pour avoir mis en scène l'ouverture des Jeux Olympiques d'Albertville – qui chorégraphie ce Jeannette, et altère ainsi gestes gracieux, sauts virevoltants et headbangings, ou même à coups de dabs dans un arrière plan tordant. C'est ce mélange de grâce et d'actes manqués, cet éclectisme propre au cinéaste, qui s'avère le plus réjouissant. Jeannette pourrait presque se lire comme une éloge de la maladresse.

Dumont est toujours accompagné de son directeur de la photographie Guillaume Deffontaines (qui mettait déjà en lumière les paysages mirifiques du Nord-pas-de-Calais dans Ma Loute ou encore l'asile lumineux au-delà de son austérité dans Camille Claudel 1915). De ce fait, le film est une merveille picturale, on pense parfois aux tableaux de la renaissance, notamment dans une séquence qui invoque pêle-mêle, Saint-Michel, Sainte-Catherine et Sainte-Marguerite. En sourdine, le cinéaste poursuit son exploration du burlesque. Moins évident que dans Ma Loute, les corps continuent à tomber et à se contorsionner. C'est très certainement le personnage de l'oncle, interprété par Nicolas Leclaire, qui investit le mieux les cadres avec son corps et sa voix, en l'emplissant de gestes anachroniques et de slams cisaillés par l'écriture de Péguy.

Le dispositif scénique peut paraître simpliste, les personnages naviguent sur les dunes de Wissant dans le Nord, mais les paysages chez le cinéaste ont toujours une dimension narrative. Ici, avoir les pieds dans le sable, sur l'herbe ou dans l'eau convergent vers une certaine spiritualité. Dumont utilise la technique du son direct malgré la complexité technique que cela représente pour une comédie musicale. Le cinéaste use de cette contrainte pour attraper les sons ambiants et compose une bande-son expérimentale faite de froissements des vêtements ou encore de beuglements insistants des moutons.

Le film produit pour être diffusé à la télévision (Arte) mérite le plus grand écran et les meilleures conditions possibles tant le radicalisme de Jeannette et l’audace de Dumont – s’il se feront très certainement clivants - s'avèrent infiniment précieux dans le paysage, parfois fade, des productions françaises.

Durée : 01h45

Date de sortie FR : 06-09-2017
Date de sortie BE : (date indisponible)
PAR LE MÊME RÉALISATEUR
PARTAGEZ CET ARTICLE
LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE
Nom : (Obligatoire)
Mail : (Obligatoire)
Site web :
LIKEZ LE PASSEUR !
Critique mise en ligne le 03 Juin 2017

AUTEUR
William Le Personnic
[22] articles publiés

Amoureux du cinéma et de l’art pour mieux comprendre le monde, veilleur et archiviste de l’image, c...
[en savoir plus]

NOS DERNIERS ARTICLES