Critique de film
L'Etrange Couleur des Larmes de ton Corps

Après le très remarqué Amer, ce deuxième film d’Hélène Cattet et Bruno Forzani est à nouveau un hommage au giallo, qui radicalise encore plus l'exercice de style propre au genre. Tout commence par la mystérieuse disparition d'une femme. En enquêtant sur celle-ci, son mari va basculer dans un univers effrayant et psychédélique qui semble justifier toutes les extravagances formelles. Dans un premier temps, le film impressionne pour sa foisonnante invention plastique, sa stylisation extrême et délirante. Cattet et Forzani connaissent parfaitement leurs références, accumulent les mille et une trouvailles visuelles, et renouent avec la beauté dérangeante des meurtres les plus baroques au cinéma, citant évidemment leurs maitres Bava et Argento.

Hélas, si le film est avant tout un accomplissement visuel rarement egalé, son impact émotionnel demeure cruellement absent. Le problème du film étant sa générosité trop débordante, la surenchère d'effets stylisés finit parfois par lasser. Le film perd assez vite son rythme à force de vouloir en mettre constamment plein la vue. Dire que la forme prédomine trop sur le fond serait un euphémisme. Le film le revendique d'ailleurs, et les giallos n'ont jamais brillé pour leurs scénarios, mais on a ici l'étrange impression de voir un film de Mario Bava qui se prendrait pour Michael Bay, comme si le giallo devenait un genre testosteroné. Le gros souci est l'absence de tension liée à l'attente et la durée et il est étonnant que Cattet et Forzani n'en aient pas tenu compte. On pourra donc préférer l'autre hommage au giallo sorti cette année, l'excellent Berberian Sound Studio de Peter Strickland, qui était plus subtil et rigoureux dans son approche au genre.

Le trop est l'ennemi du bien, pourra-t-on conclure. Mais cela n'empêche pas qu'au final, on ait envie de défendre un film aussi fragile et aussi eloigné du formatage lamentable d'un certain cinema de genre. C'est avant tout un vrai cadeau pour les fans de giallo, prêts à lui pardonner tous ses défauts, bien qu'il risque de se mettre à dos la majorité des spectateurs. Certains plans sidérants de beauté graphique continuent de hanter malgré tout, preuve que l'entreprise n'aura pas été complétement vaine.

Notre dossier Giallo

)

Durée : 01h42

Date de sortie FR : 12-03-2014
Date de sortie BE : 12-03-2014
PAR LE MÊME RÉALISATEUR
PARTAGEZ CET ARTICLE
LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE
Nom : (Obligatoire)
Mail : (Obligatoire)
Site web :
LIKEZ LE PASSEUR !
Critique mise en ligne le 15 Août 2013

AUTEUR
Viguen Shirvanian
[39] articles publiés

Insatiable cinéphage qui aime les grands mélos lyriques, la Nouvelle Vague française, le pinku...
[en savoir plus]

NOS DERNIERS ARTICLES