Critique de film
La Bataille de la Montagne du Tigre

Alors que le cinéma de Hong Kong n'est plus que l'ombre de lui-même et que l'on est en droit de regarder avec nostalgie les années 80/90 où on trouvait un foisonnement incroyable, Tsui Hark l'un de ses maîtres incontestés continue bon an mal an de tourner avec une régularité horlogère. S'il a connu un passage à vide après Seven Swords (en 2005), tournant deux films inédits chez nous et visiblement assez mauvais, on l'a vu revenir sur le devant de la scène avec les deux Detective Dee (2010 & 2013), films d'aventures délirants, ultra inventifs où le réalisateur nous prouvait qu'il était toujours l'un des maîtres absolus de la mise en scène de l'action. Surtout ce sont deux films qui représentent une forme de divertissement plaisant et léger qui surprennent de la part d'un cinéaste de  60 ans. 

Le voilà de retour avec La bataille de la montagne du tigre, l'adaptation d'une bataille militaire ayant pris place en 1946 entre les militaires chinois et des gangs retranchés dans des forteresses montagneuses. Soyons honnête, on n'a strictement aucune idée de la véracité de ce qui nous est raconté dans le film. Au vu des péripéties spectaculaires et du scénario aux multiples rebondissements on est en droit de penser que tout n'est qu'une vaste fiction. Pourtant le générique final nous offre les photographies des protagonistes réels (un protocole qui tend à se généraliser). Dès lors difficile d'en retirer quoi que ce soit tant rien dans le film ne paraît crédible et le fait historique en lui-même est finalement assez modeste (l'armé qui se bat contre un un gang qui contrôle la montagne). Il n'y a qu'à voir le personnage de Hawk, le grand méchant, incarné par un Tony Leung Ka-Fai totalement méconnaissable, mélange de Robotnik (le boss de Sony) et du Pingouin de Burton (même nez crochu) pour réaliser que l'on est dans un grand film comic-book plutôt que dans une quelconque célébration sincère et réaliste d'un événement historique. 

Mais on ne peut en vouloir à Tsui Hark. Parce qu'au fond, Tsui Hark c'est l'enfant à qui on donne des petits soldats de plomb et qui au lieu de les positionner stratégiquement sur le champ de bataille, les fait voler, les jette les un contre les autres et leur invente toute sorte d'aventures. C'est ce qui le rend aussi précieux sans doute. Cette Bataille de la montagne du tigre n'est pas un grand film, c'est loin de ses plus grandes réussites (The Blade, The Lovers, l'indépassable Time&Tide) mais on s'amuse comme des fous. C'est un film d'action et d'aventures très agréable. Tsui Hark utilise la 3D comme un jouet, on n'est donc pas surpris de la voir faire partie intégrante de sa mise en scène à base de bullet time et de balles qui traversent l'écran. Pour le reste, on enchaîne les scènes de prise d'assaut et les luttes avec des élements de la nature (sublime scène avec un tigre). 

Bien que trop long (la première partie se traîne un peu), pas toujours foncièrement brillant, le film déploie une énergie folle et une envie de cinéma délicieuse. La fin réserve une cerise sur le gâteau déjà bien sucré. Rien que pour cette idée (que l'on ne vous gâchera pas), Tsui Hark garde une place de choix dans nos petit cœurs de cinéphile qui ne veulent pas grandir. Longue vie à lui et à son cinéma !

Réalisateur : Tsui Hark

Acteurs : Zhang Hangyu, Lin Gengxin, Liya Tong

Durée : 2h20

Date de sortie FR : 17-06-2015
Date de sortie BE : (date indisponible)
PAR LE MÊME RÉALISATEUR
PARTAGEZ CET ARTICLE
LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE
Nom : (Obligatoire)
Mail : (Obligatoire)
Site web :

Damien E
20 Juin 2015 à 12h06

De tous les films présentés au Festival du cinéma chinois en France, pour moi La bataille de la montagne du tigre n?est pas le meilleur. Cela reste un bon film de commando, patriotique par moment, à gros budget, avec quelques plans originaux. Critique complète par ici: http://uneautreasie.com/5eme-edition-du-festival-du-cinema-chinois-en-france
LIKEZ LE PASSEUR !
Critique mise en ligne le 30 Avril 2015

AUTEUR
Grégory Audermatte
[177] articles publiés

"Schizophrène cinéphile qui s'éclate autant devant The Hobbit que devant un  B&...
[en savoir plus]

NOS DERNIERS ARTICLES