Critique de film
La dame dans l'auto avec des lunettes et un fusil

La malédiction du thriller : une mise en scène élégante, un découpage inventif, une atmosphère sexy et trouble, un crescendo… puis patatras, une résolution d’une platitude abyssale ! Tout ça pour ça…

On pourra toujours défendre Sfar pour son adaptation méandreuse du roman éponyme de Sébastien Japrisot et l’énergie débordante qu’il emploie à brouiller les pistes à grand renfort de flashbacks ou flashes forward, de splitscreens et d’images redondantes emportées par une BO seventies du plus bel effet. Ne reste en mémoire au bout d’une heure trente que les jambes kilométriques de Freya Mavor, chevilles cuisses, cuisses chevilles. Un film au ras de la jupe. Rien de lubrique pourtant dans le regard du spectateur, force est de constater que ces jambes obsèdent le réal au point de lui en faire perdre la tête. Et qu’à force d’y promener sa caméra il finit par oublier qu’il a une histoire à finir…

Eh oui, car si on se lasse de cette paire de gambettes sexies, il reste le mince désir de comprendre le film… A la limite, il aurait mieux valu s’en désintéresser totalement et continuer à remonter des talons aux fesses comme nous y invite Sfar toutes les deux minutes. Car cette histoire n’a pas grand-chose de captivant. L’héroïne principale qu’on nous dépeint comme une schizo myope et neuneu et qui claironne sous une voix off lénifiante qu’elle n’a jamais vu la mer n’a pas assez de charisme pour porter cette intrigue à tiroirs. Le reste du casting avec Biolay en tête de gondole participe à ce désintérêt profond pour les personnages. Les directeurs de casting sont décidément insondables.

Le film de Sfar finit par ressembler à une pub pour une voiture, une américaine, au volant duquel un top model conduit lunettes de soleil sur le nez, descendant dans une station essence au ralenti, bien loin de la fascination « A Magic Moment » de Lost Highway. L’esthétisme, aussi débordant soit-il, ne suffit pas à raconter une histoire, ça tient ici plus de l’exercice de style.

Durée : 1h33

Date de sortie FR : 05-08-2015
Date de sortie BE : (date indisponible)
PAR LE MÊME RÉALISATEUR
PARTAGEZ CET ARTICLE
LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE
Nom : (Obligatoire)
Mail : (Obligatoire)
Site web :
LIKEZ LE PASSEUR !
Critique mise en ligne le 10 Août 2015

AUTEUR
Cyrille Falisse
[979] articles publiés

Créateur et rédacteur en chef du site, j'ai toujours eu deux maîtresses : l'écr...
[en savoir plus]

NOS DERNIERS ARTICLES