Critique de film
Les Nouveaux Héros

Ce n’est plus un secret, Disney a racheté Marvel en 2009. Et pour célébrer leur 54e film, Les Nouveaux Héros, ils ont réalisé un fantasme latent, intégrer les super-héros de Marvel, en l’occurrence ceux issus du comics Big Hero 6 à un de leurs longs métrages d’animation. Les super-héros débarquent donc dans l’animation. Bon étant donné que Disney avait déjà racheté Pixar et co-produit Les Indestructibles, ce n’est pas tout à fait une nouveauté. Ce qui est plus original dans Les Nouveaux Héros et la franchise qu’ils risquent de lancer, c’est son aspect manga, d’ailleurs une adaptation manga intitulée « Baymax » a vu le jour en septembre, elle est éditée par Kodansha. Chez Disney les intentions sont claires, investir le marché japonais ! La fin de la production des longs métrages chez Ghibli leur offre un boulevard. La ville imaginaire dans laquelle se situe l’intrigue de ces Nouveaux Héros s’appelle d'ailleurs San Fransokyo et mélange astucieusement les deux mégalopoles. Le jeune héros Hiro Hamada est japonais, les surnoms de l’équipe sont asiatiques, Wasabi, Gogo Tamago etc… 

Disney à l'assaut du marché japonais

L'aspect japonisant passé, que réserve cet opus ? Les fanboys vont être aux anges, tout dans ce film d’animation a été pensé pour leur faire plaisir. Une bande de nerds de la robotique, un complot criminel, des allusions constantes à la mythologie des super-héros, de l’humour ultra référencé, un savant mélange d’action, de délire et d’émotion avec le développement d’un arc narratif sur l’amitié humain – intelligence artificielle offrant des scènes qui n’ont rien à envier à Akira, E.T., ou A.I. Beau, drôle et touchant, c’est donc la recette parfaite.

D’emblée, la qualité des décors surprend. On se croirait plongé dans un Ghibli, la mélancolie en moins, quoiqu’elle ne tarde pas à poindre lors d’une scène dramatique qui contraste furieusement avec l’esprit édulcoré Disney. Bon il y a toujours des méchants, masqués cette fois-ci, surgissant sur des structures mouvantes de mini-robots contrôlés par la pensée, mais la grande nouveauté c’est le personnage de Baymax, robot bonhomme Michelin, créé par le grand-frère de Hiro pour guérir. Sa mission soigner les blessures, physiques d’abord mais également morales. Son intelligence se doublant progressivement d’une délicate compassion.

Baymax

Impossible de ne pas adorer ce gros nounours et de ne pas lui trouver une intense ressemblance avec le personnage Sans-Visage du Voyage de Chihiro de Miyazaki. Chihiro était la seule à refuser ses cadeaux, tout comme Hiro cherche dans un premier temps à se débarrasser de l’encombrant Baymax. La beauté de ces Nouveaux-Héros tient surtout à le belle écriture de ce robot soignant auquel il est impossible de ne pas s’attacher, les autres personnages, geeks ou nerds, n’ont que très peu de relief et rappellent immanquablement les affreux et vulgaires Power Rangers.

Les films ultra référencés ont évidemment un petit côté lassant. La célébration constante de la culture nerd et son obsession pour les comics aussi, personnellement je n’en peux plus des super-héros. Mais au-delà de cette matière née pour plaire, reste l’histoire sous-jacente, celle de la douleur et du deuil transcrite d’une façon très poétique. La fin, inévitable climax de combats connaît un instant de grâce, suspendu en apesanteur. Rien que pour cela ces Nouveaux Héros valent le déplacement. Baymax va devenir la nouvelle coqueluche des gamins, apprêtez-vous à offrir la figurine à tour de bras.

Réalisateur : Don Hall, Chris Williams (II)

Acteurs : (Indisponible)

Durée : 2h02

Date de sortie FR : 11-02-2015
Date de sortie BE : 11-02-2015
PAR LE MÊME RÉALISATEUR
PARTAGEZ CET ARTICLE
LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE
Nom : (Obligatoire)
Mail : (Obligatoire)
Site web :
LIKEZ LE PASSEUR !
Critique mise en ligne le 22 Décembre 2014

AUTEUR
Cyrille Falisse
[979] articles publiés

Créateur et rédacteur en chef du site, j'ai toujours eu deux maîtresses : l'écr...
[en savoir plus]

NOS DERNIERS ARTICLES