Sorties DVD et Blu-ray
Inside

Heureux qui comme le passeur, responsable de ces lignes, n'a pas subi les spoilers et autres révélations qui fleurissent sur le net concernant cet Inside. C'est en toute innocence, sans rien savoir de la galette qu'engloutissait ma machine, que je me suis posé dans mon canapé, heureux à l'idée de me faire une toile certifiée Mad Movies. Nouvelle collection donc, Mad approved, et parmi les 6 nouveaux titres, cet inédit en DVD colombien, sorti anonymement en salles en juillet 2012.

Je supplie donc l'amateur éventuel de ne pas se pencher sur le net et de ne pas (trop) admirer la bande-annonce. Dans son souci constant d'informer, le passeur vous la propose ci-après, mais elle spoilera une partie de votre plaisir, dévoilant une révélation qui n'arrive qu'après 45 minutes de métrage.

Adrian (Quim Gutierrez) est un beau gosse. Mais même les beaux gosses subissent les affres de la rupture. La responsable, c'est Belén (Clara Lago), sa compagne. Elle vient de lui déposer une petite vidéo dans laquelle elle lui annonce qu'elle fait ses valises. Elle est évasive, la belle Belén (y a intérêt à être mignonne quand on s'appelle Belén... Ca me fait penser à une copine de ma fille, Grâce, légèrement enveloppée...). Bref, Adrian noie sa tristesse dans le whisky et dans les yeux de la jolie serveuse, Fabiana (Martina Garcia). Le chagrin est de courte durée. Fabiana, sensible au désarroi du bellâtre, le raccompagne chez elle. Sans trop d'efforts, Adrian attire la belle dans son lit, dans sa chambre, dans la magnifique maison qu'il loue dans la banlieue de Bogota.

Mais la police veille. Les flics s'interrogent sur cette disparition soudaine et suspectent légitimement le ténébreux Adrian, par ailleurs chef d'orchestre renommé. Où Belén a-t-elle disparu ? Adrian a-t-il des choses à cacher ? D'autant plus que cette maison, cédée par la veuve d'un nazi en fuite, recèle d'étranges phénomènes...

Inside est avant tout un plaisir narratif. Andres Baiz, scénariste et réalisateur, joue avec nos pieds et nos cerveaux et c'est fichtrement réussi. Thriller proclamé, Inside nous entraîne dans un jeu du chat et de la souris dont on accepte les règles sans sourciller. Conscient des ficelles utilisées par ses prédécesseurs illustres (désolé, mais je dois encore citer Hitchcock et De Palma...), il sème vraies et fausses pistes pour notre plus grand bonheur. Rappelons-le, au cinéma, prédire, c'est survivre. Sans prédiction, l'ennui guette... Et dans la douceur d'une salle de cinéma ou dans d'un canapé accueillant, ce petit jeu est particulièrement grisant. Dans Inside, Baiz suscite notre besoin de prédiction d'abord par curiosité. Nous sommes simplement curieux de savoir où est Belén. Par un jeu de flash-back réussi, on s'attache aux personnages, longuement décrits par le réalisateur. Qui est cet Adrian, à la mine triste et sévère ?

Baiz lâche quelques hypothèses pour mieux les retourner quelques minutes après. Il joue aussi sur notre propension à interpréter chacun des indices révélés à l'écran, comme s'ils étaient porteurs de la résolution de notre curiosité... Il joue enfin avec les codes du thriller horrifique, convoquant jump scares animaliers et ellipses intelligentes. Le spectateur s'interroge. Le temps passe jusqu'à la révélation finale... Comme à son habitude, le rédacteur de ses lignes n'a rien vu venir et ne s'en plaint pas.

Utilisant le cadre avec sérieux, pensant au spectateur plus qu'à sa caméra (La piel que habito est largement surpassé), Baiz s’embarrasse parfois trop de son scénario, enfermé qu'il est par ses trouvailles narratives. On lui pardonnera une lumière un peu trop classieuse et des tics pseudo-érotiques très nineties. Les acteurs sont au diapason des fausses pistes scénaristiques, hésitant entre un premier degré assumé et des talents de manipulateurs. Tout cela est donc fortement recommandable, mettra vos neurones en activité et vos nerfs à l'épreuve...

ATTENTION BANDE-ANNONCE BOURREE DE SPOILERS!

 

Durée : 01h36

Date de sortie FR : 04-07-2012
Date de sortie BE : (date indisponible)
PARTAGEZ CET ARTICLE
LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE
Nom : (Obligatoire)
Mail : (Obligatoire)
Site web :
LIKEZ LE PASSEUR !
Critique mise en ligne le 26 Avril 2013

AUTEUR
Daniel Rezzo
[186] articles publiés

Petite route du Nevada, inondée de soleil. Deux personnes au bord de la route. Contraste. Homme jeune, atti...
[en savoir plus]

NOS DERNIERS ARTICLES