Sorties DVD et Blu-ray
Pandémie

Le pitch : Un container rempli de cadavres est retrouvé dans une grande métropole coréenne. Une grippe ultra contagieuse de type H5N1 commence à faire des dizaines de victimes parmi la population. Au cœur de ce thriller horrifique, une docteur épidémiologiste, un secouriste et une petite fille, les trois acteurs principaux de ce drame polymorphe.

Une pandémie à l’américaine

Le cinéma américain regorge de démonstrations de paranoïa sanitaire, le récent Contagion de Soderbergh en était un bel exemple avec un montage très réussi notamment. Kim Sung-Soo, le réalisateur s’inspire d’ailleurs un peu trop du film dit « à l’américaine » : ficelles de scénario apparentes et mise en scène déchirée entre une action balisée et des séquences de longs dialogues sirupeux et moralistes sans parler du dernier plan...

L’enjeu du film est simple : il s’agit d’opposer deux visions, celle de ceux qui décident et celle de ceux qui subissent… Que se passerait-il si une ville de 500.000 personnes était contaminée par un virus ultra agressif ? La ville serait probablement mise en quarantaine, pire on pourrait tout simplement décider de sacrifier les porteurs du virus pour qu’ils cessent de contaminer leurs congénères. On évite d'ailleurs pas le parallélisme douteux opéré avec les camps de concentration et d'autres événements tragiques du XXe siècle.

Le premier aspect « politique » n’évite pas la caricature. Le président est contesté par ses ministres, eux-mêmes à la solde de l’émissaire américain qui en raison des accords entre les deux pays se sent investi d’une mission de contrôle absolu etc… Le second fil rouge « citoyen » n’est pas plus réussi, on sort carrément de l’horreur pour entrer de plein pied dans une romance qui sanctifie le culte de la performance. Le secouriste sauve l’enfant du docteur pour gagner son amour. C’est cul-cul et surtout la gamine qui joue l’enfant du docteur est sans doute très douée mais sa petite voix aigue de première de classe tape rapidement sur le système.

Mélange des genres pas très heureux

Ca peut parfois être un atout de ne pas être cantonné dans un genre unique et de ne pas verser dans la stricte application des codes mais quand on mélange autant les styles, ça finit par devenir difficile à suivre, comédie romantique, film d’horreur ou buddy movie, Pandémie hésite alors qu’il aurait été plus judicieux de choisir. Alors que le réalisateur maîtrise au niveau de la scénographie les scènes de mouvements de panique dans la foule, très peu d’effets spéciaux, des reconstitutions grandeur nature bien plus efficaces que celles du récent World War Z, pourquoi s’encombre-t-il d’une amourette sirupeuse ? Le pan buddy movie est plus heureux même s’il n’échappe pas aux archétypes bien connus du genre avec le beau gosse intrépide et son compère maladroit, qui plus est bête comme ses pieds. Dans le fond c’est intéressant d’opposer la logique politique, sauver le plus grand nombre et celle plus individuelle du secouriste qui a dans l’ADN de sauver une vie puis une autre sans envisager l'aspect global mais elle se heurte ici à une vision assez populiste des choses comme si à l’instar de la logique de son film, Kim Sung-Soo avait à tout prix voulu séduire le plus grand nombre.

Réalisateur : Kim Sung-soo

Acteurs : Hyuk Jang, Soo Ae, Park Min-ha

Durée : 2h01

Date de sortie FR : 09-04-2014
Date de sortie BE : 09-04-2014
PARTAGEZ CET ARTICLE
LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE
Nom : (Obligatoire)
Mail : (Obligatoire)
Site web :
LIKEZ LE PASSEUR !
Critique mise en ligne le 08 Avril 2014

AUTEUR
Cyrille Falisse
[976] articles publiés

Créateur et rédacteur en chef du site, j'ai toujours eu deux maîtresses : l'écr...
[en savoir plus]

NOS DERNIERS ARTICLES