Edito
videotopsie 15

La presse se porte mal. La presse ciné encore plus. Rien de neuf sous le soleil. "Pourquoi payer? Plus besoin de papier mon bon Monsieur, il y a tout sur le net". Pas si simple les amis... Car le papier garde ses aficionados. Et ce n'est pas une lubie de réac que de défendre ces objets que sont les revues ou les magazines. Espace fini, la revue impose une structure. Couverture, première page, dernière page, hiérarchie. Début, fin. Ca calme, ça rassure, ça impose une limite tant spatiale que temporelle. Pas de lien distrayant, il faut finir la page, la tourner et lire l'article jusqu'au bout. Complément à nos divagations du net, le papier garde son intérêt et sa majesté.

Cette place, les fanzines l'occupent à merveille. Et le secteur se porte bien, merci pour eux. Exemple du phénomène, le Vidéotopsie du mois de novembre. Numéro 15 déjà pour cette revue menée de main de maître par David Didelot. Quinze numéros dédiés au cinéma bis que David et son équipe « autopsient » au scalpel et à l'humour acérés.

Au menu du présent ouvrage, un dossier pantagruélique sur Annie Belle, un entretien avec Léon-Paul De Bruyn, la saga Hurlements et les rubriques habituelles qui dissèquent le cinéma qu'on adore.

Quand on ouvre un fanzine, on craint l'ouvrage de fanboys enthousiastes qui, au prix de private jokes, en font des tartines sur leurs émois narcissiques devant telle ou telle pelloche. Vidéotopsie est, certes, emprunt d'une véritable tendresse pour les titres chroniqués. Mais, clairement, il y a un gros boulot derrière et une vraie distance critique. La carrière d'Annie Belle est ainsi exposée sur plus de 40 pages. On apprend plein de choses sur cette sublime starlette, au générique de la plupart des chefs-d'oeuvre du bis transalpin (La Maison au Fond du Parc, Horrible, Annie ou la Fin de l'Innocence, Vicieuse et Manuelle, ...). Et chez Vidéotopsie, on n'hésite pas à faire de l'archéologie cinéphilique. Comme cette digression quasi-surréaliste sur la genèse, voire l'existence-même, de Dur... Dur..., film aussi improbable que son titre.

Passés par la case vidéo-club, nostalgiques des VHS, amoureux des supports physiques, les rédacteurs nous livrent tous les détails sur les éditions disponibles en France ou ailleurs des films évoqués.

Rien à redire sur  la maquette et la mise en page. Et une seule faute d'orthographe au compteur... moins que dans Mad Movies! Au rayon des reproches, on regrettera quelques longueurs dans l'interview de Leon-Paul De Bruyn, auteur d'un Maniac Nurses que tout le monde veut oublier, plus intéressante quant à la passion qui anime le bonhomme que pour les infos distillées.

On n'en dira pas autant d'un dossier sur la saga Hurlements. Le sieur Thomas Roland, auteur de ces pages, n'a visiblement pas ménagé ses mirettes pour nous livrer tout, vraiment absolument tout, sur cette saga carnassière. Passionnant.

Cohérent dans sa ligne éditoriale, Didelot agrège quelques fameuses plumes du fanzinat bis, comme Didier Lefèvre, l'incontournable rédacteur de Médusa Fanzine (dont on attend la 26ème livraison), Jocelyn Manchec (auteur d'une jolie pige sur Torso dans le dernier SoFilm) et un olibrius, Aristide Fouchtra, dont on découvre ici un talent d'écriture exceptionnel aux limites du non-sense.

Vidéotopsie, avec ses 112 pages pleines à craquer, est totalement consacré à cet art transgressif et sympathique qu'est le cinéma bis. Autant dire qu'on prend un pied certain à le parcourir, d'autant plus jouissif que, jamais, on n'évoque les super-héros dans Vidéotopsie ! Une performance à saluer pour un canard consacré au cinéma, en ces temps d'overdose à la sauce Marvel...

Réalisateur : (Indisponible)

Acteurs : (Indisponible)

Durée : (durée indisponible)

Date de sortie FR : (date indisponible)
Date de sortie BE : (date indisponible)
PARTAGEZ CET ARTICLE
LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE
Nom : (Obligatoire)
Mail : (Obligatoire)
Site web :
LIKEZ LE PASSEUR !
Critique mise en ligne le 25 Octobre 2014

AUTEUR
Daniel Rezzo
[185] articles publiés

Petite route du Nevada, inondée de soleil. Deux personnes au bord de la route. Contraste. Homme jeune, atti...
[en savoir plus]

NOS DERNIERS ARTICLES