Top
Top 10 des films préférés de Jean-François Ratelle

C'est au tour de Jean-François Ratelle de nous proposer le top 10 de ses films préférés. Jean-François, recrue québecoise complète le mercato estival des passeurs critiques. Afin d'apprendre à mieux connaître ses goûts, toujours dans le souci de créer un pont entre le critique et le lecteur, voici le top 10 de ses films de chevet.

1. Scent of a woman de Martin Brest (1992)
2. School of rock de Richard Linklater (2003)
3. Reign over me de Mike Binder (2007)
4. Into the wild de Sean Penn (2007)
5. Forrest Gump de Robert Zemeckis (1994)
6. Dances with wolves de Kevin Costner (1990)
7. Serpico de Sidney Lumet (1973)
8. I love you, man de John Hamburg (2009)
9. A river runs through it de Robert Redford (1992)
10. It’s kind of a funny story de Anna Boden et Ryan Fleck (2010)

1. Scent of a woman (Le temps d'un week-end) :

« If you're tangled up, just tango on. »

Pacino y livre un discours plus qu’inspirant sur l’intégrité, avec sensiblement la même véracité et la même puissance que dans And justice for all. Cependant, ce n’est pas seulement cette scène qui me donne des frissons, mais l’ensemble de la leçon que le film m’apporte à chaque écoute, ponctuée de la musique incroyable de Thomas Newman. Un aveugle qui contemple la beauté des femmes en reniflant au loin leur parfum, ça fait rêver. Un homme perdu qui n’a plus foi en l’avenir mais qui retrouve la fureur de vivre grâce à une amitié construite le temps d’une tournée des plaisirs inoubliable : simplement magique ! Moi qui suis toujours dérouté, je me laisse guider quelques fois par ce film, car il m’apporte sérénité. Moi qui ne sais pas danser et qui a peu de chance avec la gente féminine, je me laisse bercer par ce tango éblouissant…

2. School of rock (Rock Academy):

Pour un amateur de vieux rock et d’humour, ce film est pour moi un mélange parfait. Il m’apporte la dose d’énergie dont j’ai besoin et me rappelle cette belle richesse que je partage avec mon père : la musique. Véritable hymne à la passion chanté par nul autre que Jack Black – ce gars est le frère que je n’ai jamais eu – School of rock est synonyme d’héritage, d’espoir et d’autodérision.

3. Reign over me (A coeur ouvert):

Parce que la carapace du personnage d’Adam Sandler me fait incroyablement penser à ma manière de fuir les problèmes. Parce que la confiance est si dignement gagnée entre les deux amis. Parce que j’ai envie de faire un tour de trottinette en pleine nuit. Parce que j’ai l’étrange sensation que j’ai du plaisir à être triste devant ce film. Parce que ça reflète l’enfermement et la solitude, mais que la complicité l’emporte. Son titre étant inspiré d’une chanson des Who, ce film était destiné à faire partie de ma liste.

4. Into The Wild

Liberté. Courage. Courage d’être libre. Mais à quel prix ?

J’ai écouté et réécouté ce film tellement de fois pendant ma première année à l’université que j’ai presque failli me laisser prendre au jeu ! La tentation de tout laisser et juste vivre. Into the wild mérite sa place dans mon top parce qu’il m’a ouvert les yeux lors de moments où j’étais très tourmenté. Le bonheur n’est réel que s’il est partagé, dit-on à la fin. Cela mérite réflexion. 

5. Forrest Gump

Pour son entièreté. Que ce soit la musique, les yeux naïfs de Forrest quand il regarde Jenny, la boîte de chocolat, les crevettes, la plume, petit Forrest, Lieutenant Dan qui nage vers le soleil… Je ne me tannerai jamais de ce chef d’œuvre. J’ai toujours rêvé d’enfiler mes souliers, mettre ma casquette et simplement courir d’un océan à l’autre sans raison particulière !

6. Danse avec les Loups

Aussi bizarre que cela puisse paraître, ce film signifie pour moi le confort. À chaque visionnement – surtout l’hiver – je dois m’installer dans mes couvertures au chaud, c’est une sorte de rituel. Je m’évade. Je redécouvre.

7. Serpico

Je pense à ce film pratiquement chaque jour, et ce, pour deux raisons. Mon insatiable goût pour la justice et mes différents styles capillaires et pilo-faciaux. Bien sûr, il y a aussi ce désir contradictoire de se fondre dans la masse et à la fois d’être reconnu. Mais Serpico c’est plus que ça, c’est le rejet, c’est aller jusqu’au bout de nos entreprises, c’est le combat d’un seul homme…  

8. I Love you, man

Pourquoi ce film ? Dur à dire. J’ai d’excellents amis, mais le personnage de Sidney Fife me fascine. Sortir de sa zone de confort n’étant pas chose facile, je plonge dans cette sorte de comédie qui jumelle romantisme et profonde amitié semi provoquée. J’aime le groupe Rush, les tacos et les repères de mâles endurcis qui sentent le renfermé. Peut-être que ce sont les attraits de Venice Beach qui m’ont charmé, ou même Rashida Jones…

9. A river runs through it (Et au milieu coule une rivière)

J’ai une longue histoire d’amour avec la pêche. Ces merveilleux plans de ruisseaux, de montagnes du Montana, de forêts, de petites communautés près d’un cours d’eau. Ce qui m’enchante de ce film, c’est son lien avec l’eau. Elle est transparente, mais elle peut se brouiller facilement. Enfin, tout se marie très bien avec mes valeurs.

10. It’s Kind of a funny story (Une drôle d'histoire)

J’ai toujours été ensorcelé par l’univers des hospices et des maladies mentales. La question du suicide me bouleverse d’autant plus. Mais imaginez Zach Galifianiakis dans le rôle d’un interné qui aide un plus jeune tout en réunissant problèmes d’ordre psychologiques, émotionnels, existentiels… C’est délirant et attachant. On dirait un petit clin d’œil à Vol au-dessus d’un nid de coucou, mais sans le côté « tout tourne au désastre ». Ne serait-ce que pour la version de la chanson Under pressure interprétée par les fous ou bien le début du film avec Zach qui arrive habillé en infirmier, ce film se mérite une place dans mon top !

Pour retrouver tous les tops des passeurs, cliquez ici

Réalisateur : (Indisponible)

Acteurs : (Indisponible)

Durée : (durée indisponible)

Date de sortie FR : (date indisponible)
Date de sortie BE : (date indisponible)
PARTAGEZ CET ARTICLE
LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE
Nom : (Obligatoire)
Mail : (Obligatoire)
Site web :

denis Pelosse
23 Septembre 2013 à 17h38

Mon vote va à Jean François Ratelle pour un travail très bien dirigé...

celine BARIl
23 Septembre 2013 à 17h36

Je vote pour les critiques de Jean François Ratelle; excellent témoignage

Réjeanne St-Amant
18 Septembre 2013 à 16h34

Je vote pour Jean-François Ratelle.

Bonne chance.

Denis Pelosse
18 Septembre 2013 à 01h54

j'ai adoré lire ces critiques; vraiment réaliste et songé.
Bonne chance Jean François!
Denis

CELINE BARIL
18 Septembre 2013 à 01h53

Jean François a vraiment le sens inné de l'observation et il sent les choses... Bonne chance tu le mérites vraiment !!!
Prenez ce passeur avec sérieux; je vous le dis; il ira loin, assurément!
Céline
LIKEZ LE PASSEUR !
Critique mise en ligne le 06 Septembre 2013

AUTEUR
Jean-François Ratelle
[19] articles publiés

Cinéphile d’abord et avant tout, j’ai toujours rêv&eacu...
[en savoir plus]

NOS DERNIERS ARTICLES