Top
Top 10 Steven Spielberg

1. E.T.
2. Les Dents de la mer
3. Les Aventuriers de l’arche perdue
4. Arrête-moi si tu peux
5. La Liste de Schindler
6. Minority Report
7. Rencontres du 3ème type
8. A.I.
9. La Guerre des mondes
10. ex aequo Jurassic Park et Munich

 

Depuis plus de quarante ans, bien des apprentis réalisateurs sont surnommés «Spielberg» au cours de leur repas de famille dominical. Comment ce nom est-il entré dans la mémoire collective ? Comment un élève moyen né en Ohio en 1946, puis trimballé d’état en état avant le divorce traumatique de ses parents en 1964, est-il devenu LE cinéaste connu de tous ?

Riche de vingt-neuf longs métrages, de Duel (1971) au Pont des espions (2015), la filmographie de Steven Spielberg est aussi fournie que fascinante. Traversée des obsessions d’un auteur clairement identifiable (le rapport au père, la guerre, le common man), cette œuvre a redéfini régulièrement les canons du film hollywoodien. En 1975, Les Dents de la mer amorce la mutation des films du «nouvel Hollywood» des années 70 vers les autodafés de plus en plus aberrants au dieu box-office et à sa sainte trinité (promotion/1er week-end/merchandising). En 1993, Jurassic Park introduit un recours aux effets-spéciaux numériques qui dégénèrera dans une bouillie visuelle dont les prequels de Star Wars sont de beaux exemples. Plus tard encore, l’influence d’Il faut sauver le soldat Ryan (1998) sur le cinéma d’action de ces dernières années sera flagrante, notamment chez Paul Greengrass (La Mort dans la peau (2004)) ou Doug Liman (Edge of Tomorrow (2014)).

Héritier de Frank Capra, de Cecil B. De Mille, d’Alfred Hitchcock et de John Ford, l’évocation de Steven Spielberg déclenche des esclandres au sein même de notre rédaction. Génie rythmique de la mise en scène et du storytelling pour les uns, pornographe des émotions pour les autres. Une conclusion s’impose: depuis La Liste de Schindler (1993) et sa mutation en cinéaste moins enfantin (plus adulte ?), Steven Spielberg s’impose comme un cinéaste de plus en plus clivant. La marque des plus grands ?

E.T. (1982)

Entre les deux premiers Indiana Jones, Steven Spielberg signe un film aux enjeux à la fois plus humbles et plus universels: l’histoire de l’amitié entre un garçon confronté à la séparation de ses parents et un extra-terrestre laissé sur Terre par les siens. Imposant définitivement son réalisateur comme l’entertainer numéro un d’Hollywood doublé d’un directeur d’enfants-acteurs hors pair, E.T. deviendra le plus gros succès du cinéma mondial pendant 11 ans, jusqu’à Jurassic Park.

Les Dents de la mer (1975)

Après l’échec public de Sugarland express, l’effronté Steven Spielberg, parvient malgré tout à être propulsé aux commandes de l’adaptation du best-seller de Peter Benchley. Se souvenant de la leçon de Jacques Tourneur, l’ingénieux réalisateur pallie à ses difficultés techniques en retardant et désamorçant au maximum les interventions de son squale pachydermique. Composée par un John Williams frappé de génie (pour leur deuxième collaboration), la musique emballe le reste. Si le film est célèbre pour son opération marketing hors du commun, Les Dents de la mer reste indissociable de son auteur, qui n’hésite pas à ralentir considérablement le tempo pour un monologue guerrier de Robert Shaw entré dans l’histoire.

Les Aventuriers de l’arche perdue (1981)

Après l’échec de 1941 (1980), alors qu’un James Bond lui est refusé, Steven Spielberg va inventer lui-même un nouveau mythe, qui lui aurait été soufflé par George Lucas. Se souvenant des serials de sa jeunesse et du diptyque Le Tigre du Bengale (1958) / Le Tombeau hindou (1959) de Fritz Lang, il suffit de dix minutes au génial réalisateur pour donner naissance à une icône, avec tous les accessoires. Un script trépidant de Lawrence Kasdan, un acteur au top de son charisme, une mise en scène d’une fluidité absolue, Les Aventuriers de l’arche perdue ou un idéal de film d’aventures.

Arrête-moi si tu peux (2002)

De sa filmographie tardive, Attrape-moi si tu peux est le film qui aborde le plus frontalement le thème de la fin de l’enfance et de la recherche du père. Les années aidant, le regard de l’auteur a perdu en emphase ce qu’il a gagné en subtilité. Imposteur de génie, Frank Abagnale Jr. (Léonardo Di Caprio) est un alter-ego du jeune Steven Spielberg lui-même qui, selon la légende, s’immisça au sein des studios hollywoodiens grâce à force mensonges. Œuvre éclatante d’assurance et de charme (à l’image de son héros), Attrape-moi si tu peux voit le sens du rythme et du découpage de son réalisateur tutoyer des sommets d’élégance.

La Liste de Schindler (1993)

Deuxième film sorti lors de l’année charnière 1993, La Liste de Schindler et sa pluie d’oscars établissent définitivement Steven Spielberg comme un auteur capable d’aborder les sujets les plus chargés (malgré les antérieurs La Couleur pourpre (1985) et Empire du soleil (1987)). Alors que le cinéaste propose l’adaptation du roman de Thomas Keneally à Roman Polanski, celui-ci ne s’estime pas encore prêt à faire « son film sur l’holocauste », Steven Spielberg se lance alors le défi de réaliser une fiction sur, ou plutôt autour, de la Shoah. Autour, car c’est une exception que choisit de nous conter Steven Spielberg, l’histoire de la prise de conscience d’un opportuniste, d’une réussite au milieu d’une catastrophe. La scène d’introduction du personnage d’Oskar Schindler ou celle du ghetto de Varsovie attestent encore une fois de la maestria du réalisateur au service de son récit et de son propos.

Minority Report (2002)

Steven Spielberg adapte Philip K.Dick et plonge la superstar Tom Cruise dans une course-poursuite haletante au beau milieu d’une direction artistique futuriste à couper le souffle. Thriller de science-fiction au ton résolument grave, Minority Report s’autorise pourtant des dérapages burlesques aussi invraisemblables que contrôlés (la fameuse scène des globes oculaires). Vingtième course de Steven Spielberg, une telle conduite atteste d’une auto-assurance sans limites.

Rencontres du 3ème type (1977)

Quatrième long-métrage de son auteur, Rencontres du troisième type est aussi sa première incursion dans le domaine de la science-fiction. Quelques années après Les Dents de la mer, Steven Spielberg dessine définitivement quelques figures récurrentes de son cinéma: la famille middle-class en crise au milieu des suburbs, menée par un ouvrier incarné par Richard Dreyfuss. Un héros fordien, homme ordinaire appelé à devenir leader malgré lui. Pour leur troisième collaboration, le duo Steven Spielberg/John Williams fait une nouvelle fois des étincelles.

A.I. (2001)

Alors que Stanley Kubrick découvre Jurassic Park, il décide de réactiver le projet A.I., duquel il parle avec Steven Spielberg depuis 1984. Inspiré d’une nouvelle de Brian Aldiss et enrichie du mythe de Pinocchio, A.I. conte l’histoire d’un petit garçon robot programmé pour aimer, prêt à tout pour devenir humain. Après discussions avec Stanley Kubrick, Steven Spielberg décide de produire le film de son camarade. La mort d’un des deux génies en décidera autrement. Reprenant les notes de son collègue, Steven Spielberg signe avec A.I. le premier scénario d’une de ses oeuvres depuis celui de Rencontres du 3ème type. S’il évite l’écueil de l'hommage kubrickien, A.I. est un film touchant mais déséquilibré, d’une étrange maladresse de la part de son auteur.

La Guerre des mondes (2005)

Après les petits aliens pacifiques, le Steven Spielberg post 11 septembre 2001, signe un film d’invasion extra-terrestre guerrier, hanté de visions apocalyptiques. En pleine catastrophe mondiale, le cinéaste adopte à nouveau le point de vue d’un homme ordinaire pour se concentrer sur la survie d'une simple cellule familiale. Frappé de misanthropie, Steven Spielberg peint en background la terreur à l’extérieur, pour mettre au premier plan la terreur que le chaos engendre à l’intérieur (la scène de l’émeute autour du pistolet, le climax dans la cave).

Jurassic Park (1993)

Coup d’éclat sans précédent au box-office, Jurassic Park reste l’un des films les plus populaires de son auteur. Pour son parc d’attraction, Steven Spielberg conçoit son rollercoaster le mieux huilé depuis les aventures d’Indiana Jones. La première apparition du T-Rex ou la scène de la cuisine restent des sommets de suspense et de découpage, à ranger auprès des plus belles réussites hitchcockiennes. D’autre part, Jurassic Park est un zénith du génie technique du réalisateur, qui alterne et/ou allie les effets physiques et virtuels, ressuscitant les dinosaures pour le plus grand émerveillement de plusieurs générations de spectateurs ébahis.

Munich (2005)

Après la seconde guerre mondiale, l’esclavage ou l’holocauste, Steven Spielberg se penche sur le conflit israelo-palestinien et rend hommage à son premier maître, John Frankenheimer. Film complexe et torturé, mal compris à sa sortie, Munich s’inscrit dans la droite lignée des suspenses politiques et autres films dossiers des seventies.

Ndlr: Très peu de rédacteurs du Passeur Critique ayant découvert Le Pont des espions lors de la rédaction de ce Top 10, la dernière œuvre de Steven Spielberg en a été délibérément écartée.

 

Tops/Flops individuels:

Nous avons d’abord pensé à faire un Top 5 / Flop 5. Mais devant les résultats, nous avons préféré honorer nos dix films favoris. Passeurs plutôt que casseurs, toujours.

Grégory Audermatte: TOP (sans ordre particulier): La Guerre des mondes / Indiana Jones et le temple maudit / Munich / A.I. / E.T.
FLOP: 1-Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal. 2-Hook, la revanche du capitaine Crochet.

Anne Bellon: TOP: 1-E.T. 2-Minority Report. 3-Les Aventuriers de l’arche perdue. 4-La Liste de Schindler. 5-Jurassic Park.
FLOP: 1-Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal. 2-Indiana Jones et le temple maudit. 3-Munich. 4-Le Terminal.

Claire Demoulin: TOP: 1-La Liste de Schindler. 2-Empire du soleil. 3-Arrête-moi si tu peux. 4-Lincoln. 5-Les Dents de la mer.
FLOP: 1-Les Aventures de Tintin. 2-Le Terminal. 3-Minority Report. 4-Hook, la revanche du capitaine Crochet. 5-Always.

Cyrille Falisse: TOP: 1-Duel. 2-A.I. 3-E.T. 4-Les Dents de la mer. 5-Rencontres du troisième type.
FLOP: 1-Amistad. 2-La Liste de Schindler. 3-La Couleur pourpre. 4-Hook, la revanche du capitaine Crochet. 5-Le Terminal.

Olivier Grinnaert: TOP: 1-Indiana Jones et le temple maudit. 2-Les Aventuriers de l’arche perdue. 3-Les Dents de la mer. 4-Arrête-moi si tu peux. 5-E.T.
FLOP: 1-Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal. 2-Hook, la revanche du capitaine Crochet.

Manuel Haas: TOP: 1-Les Dents de la mer. 2-Munich. 3-E.T. 4-Les Aventuriers de l’arche perdue. 5-La Guerre des mondes.
FLOP: 1-Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal. 2-Hook, la revanche du capitaine Crochet. 3-Lincoln

Lucien Halflants: TOP: 1-Minority Report. 2-Arrête-moi si tu peux. 3-E.T. 4-A.I. 5-Les Aventuriers de l’arche perdue.
FLOP: 1- Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal. 2- Il Faut sauver le soldat Ryan. 3-Duel. 4-Empire du soleil.

Jérémy Martin: TOP: 1-Rencontres du 3ème type. 2-Jurassic Park. 3-E.T. 4-La Liste de Schindler. 5-La Guerre des mondes.
FLOP: 1-Le Terminal. 2-Munich. 3-Amistad. 4-Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal. 5-Minority Report.

Frédéric Mercier: TOP: 1-Lincoln. 2-E.T. 3-Minority Report. 4-Rencontres du 3ème type. 5-A.I.
FLOP: 1-Hook, la revanche du capitaine Crochet. 2-Always. 3-Il faut sauver le soldat Ryan. 4-Amistad. 5- Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal.

Florian Millot: TOP: 1-Les Dents de la mer. 2-E.T. 3-Rencontres du 3ème type. 4-Les Aventuriers de l’arche perdue. 5-La Liste de Schindler.
FLOP: 1-Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal. 2-Le Terminal 3-Hook, la revanche du capitaine Crochet. 4-Always. 5-Indiana Jones et le temple maudit.

Emmanuel Raspiengeas: TOP: 1-Arrête-moi si tu peux. 2-Les Dents de la mer 3-A.I. 4-Rencontres du 3ème type. 5-Minority Report.
FLOP: 1-Cheval de guerre. 2-Le Monde perdu. 3-La 4ème dimension. 4-Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal. 5-Il Faut sauver le soldat Ryan.

Jérôme K. Sivien: TOP: 1-Les Aventuriers de l’arche perdue. 2-Les Dents de la mer. 3-Arrête-moi si tu peux. 4-La Liste de Schindler. 5-Munich.
FLOP: 1-Le Monde perdu. 2- Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal. 3-Le Terminal. 4-Always. 5-Hook, la revanche du capitaine Crochet.

Valse Noire: TOP: 1-Minority Report. 2-Les Aventuriers de l’arche perdue. 3-Jurassic Park. 4-Arrête-moi si tu peux. 5-Les Dents de la mer.
FLOP: 1-Les Aventures de Tintin. 2-A.I. 3-Il faut sauver le soldat Ryan. 4-La Guerre des mondes. 5-Hook, la revanche du capitaine Crochet.

Réalisateur : (Indisponible)

Acteurs : (Indisponible)

Durée : (durée indisponible)

Date de sortie FR : (date indisponible)
Date de sortie BE : (date indisponible)
PARTAGEZ CET ARTICLE
LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE
Nom : (Obligatoire)
Mail : (Obligatoire)
Site web :
LIKEZ LE PASSEUR !
Critique mise en ligne le 02 Décembre 2015

AUTEUR
Olivier Grinnaert
[99] articles publiés

Je fus initié au cinéma dans les années 80 par le gérant d'un vidéo-club pr...
[en savoir plus]

NOS DERNIERS ARTICLES