Top
Top 5 Daniel Day Lewis

 

1. There Will Be Blood, de Paul Thomas Anderson (2007)

Dix ans avant Phantom Thread, première collaboration entre Daniel Day-Lewis et Paul Thomas Anderson, un deuxième oscar du meilleur acteur à la clé (Daniel Day-Lewis en aura trois). There Will Be Blood ou l’irrésistible ascension financière de Daniel Plainview, connexe à sa chute morale vertigineuse. L’acteur irlandais y incarne à la fois l’archétype et la critique du self-made-man américain, qui vend son âme au diable Capital au terme d’une scène pivot extraordinaire (l’incendie doublé de l’accident du jeune fils), sans doute l’un des plus beaux morceaux de cinéma des années 2000.

 

2. Au nom du père, de Jim Sheridan (1993)

Entre My Left Foot (1989) et The Boxer (1998), les compatriotes Jim Sheridan et Daniel Day-Lewis tournent ce film-choc sur le conflit nord-irlandais. Phénomène à sa sortie, Au nom du père conte l’histoire des « Quatre de Guildford », petits voyous irlandais qui ont écopé de 15 ans de prison pour un attentat qu’ils n’ont pas commis. Pied de nez à There Will Be Blood, Daniel Day-Lewis est cette fois le fils obligé de vivre la promiscuité carcérale avec son paternel. En point d’orgue, une scène d’aveux forcés difficilement supportable.

 

3. Le Dernier des Mohicans, de Michael Mann (1992)

Du genre collectionneur, avant Martin Scorsese, P.T. Anderson et Steven Spielberg, Daniel Day-Lewis s’illustre chez Michael Mann pour un idéal de film d’aventures au final paroxystique de pur cinéma. Quasi muettes, rythmées par les cordes de Trevor Jones, dix minutes d’une suite savante de plans touchés par la grâce, qui ont impressionné irréversiblement les rétines de spectateurs médusés devant une telle puissance narrative et émotionnelle. Grand échalas européen, fils de poète, traits anguleux et port aristocratique, Daniel Day-Lewis ne s’imposait pas de prime abord dans le rôle d’œil de Faucon. Après un entraînement forcené, il y était renversant d’intensité, d’athlétisme, de romantisme.

 

4. Le Temps de l’innocence, de Martin Scorsese (1993)

Martin Scorsese adapte Edith Warthon et, contre toute attente, signe une réussite épatante. Attentif aux coutumes, aux rites, aux habitudes, le cinéaste filme la fin d’un monde et use d’une histoire d’amour contrariée au tournant du siècle pour filmer son Guépard à lui. Vu ainsi, le prénom du personnage incarné par Daniel Day-Lewis, Newland Archer, paraît presque trop évident dans un récit d’une finesse peu commune chez son auteur.

 

5. Gangs of New York de Martin Scorsese (2002)

Légende ou réalité ? Après The Boxer, Daniel Day-Lewis se serait (déjà) retiré du métier d’acteur pour devenir cordonnier à Florence ! Etant parvenu à retrouver sa trace, c’est Martin Scorsese lui-même qui l’aurait convaincu de revenir devant les caméras alors qu’il aurait dit non à Peter Jackson qui le sollicitait pour le rôle d’Aragorn. L’acteur sort de sa retraite pour incarner Bill Le Boucher dans la grande fresque malade du réalisateur new-yorkais, qui oscille entre éclairs de génie et boursouflures embarrassantes. Violent, cheveu gras et mine patibulaire, Daniel Day-Lewis signe une prestation extravagante, aux frontières du grand-guignol, qui l’éloigne définitivement de son image de jeune premier.

GREGORY AUDERMATTE

1-There Will Be Blood / 2-Gangs of New York / 3-Au nom du père / 4-My beautiful laundrette / 5-Le Dernier des Mohicans.

CYRILLE FALISSE

1-There Will Be Blood / 2-Le Temps de l’innocence / 3-L’Insoutenable légèreté de l’être / 4-Au nom du père / 5-Le Dernier des Mohicans.

OLIVIER GRINNAERT

1-There Will Be Blood / 2-Au nom du père / 3-Le Dernier des Mohicans / 4-Le Temps de l’innocence / 5-Lincoln

MANUEL HAAS

1-Le Dernier des Mohicans / 2-The Boxer / 3-Le Temps de l’innocence / 4-Au nom du père / 5-Gangs of New York

JULIEN ROMBAUX

1-Gangs of New York / 2-Au nom du père / 3-Le Dernier des Mohicans / 4-There Will Be Blood / 5-My Left Foot

GUILLAUME SAKI

1-There Will Be Blood / 2-Le Temps de l’innocence / 3-Au nom du père / 4-Gangs of New York / 5-The Ballad of Jack and Rose.

Retour au dossier Daniel Day-Lewis - Paul Thomas Anderson

Réalisateur : la rédaction

Acteurs : (Indisponible)

Durée : (durée indisponible)

Date de sortie FR : (date indisponible)
Date de sortie BE : (date indisponible)
PARTAGEZ CET ARTICLE
LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE
Nom : (Obligatoire)
Mail : (Obligatoire)
Site web :
LIKEZ LE PASSEUR !
Critique mise en ligne le 14 Février 2018

AUTEUR
Olivier Grinnaert
[115] articles publiés

Je fus initié au cinéma dans les années 80 par le gérant d'un vidéo-club pr...
[en savoir plus]

NOS DERNIERS ARTICLES