Top
Top 5 des missions spatiales ratées

Avec Gravity d’Alfonso Cuaron, la planète cinéma n’en est pas à son premier coup d’essai en matière de voyage spatial raté. Si le scénario est parfois du même niveau que l’échec de la mission, on trouve aussi de belles pépites. Focus sur l’univers spatial au cinéma :

  1. 2001, l’Odyssée de l’Espace de Stanley Kubrick (1968)

Le couac spatial : A l’aube des temps, la découverte d’un monolithe noir sème la discorde chez les primates. En 2001, une mission spatiale est lancée pour mener une enquête secrète sur cette pierre qui émet des signaux vers Jupiter.  Dix-huit mois plus tard, les astronautes David Bowman (Keir Dullea) et Frank Poole (Gary Lockwood) se dirigent vers Jupiter. A bord du vaisseau, un ordinateur extrêmement intelligent, HAL 9000, donne des signes d’inquiétudes sur une probable découverte inattendue en planète hostile.

Mission scénaristique réussie ? Considéré comme un chef d’œuvre du cinéma, le film est une œuvre complexe à interprétations multiples. On retiendra plus particulièrement le changement de comportement d’HAL 9000 qui annonce avant l’heure l’ère de l’humanisation de l’informatique. La question qui restera en suspend est celle de la réalité des sentiments du robot face aux astronautes. De plus, la musicalité est structurante puisqu’elle fournit au film des aspects narratifs. Elle permet indéniablement de faire un lien entre son et image dans le cinéma de science-fiction.

« Houston, la mission est réussie 5/5 »

  1. Armageddon de Michael Bay (1998)

Le couac spatial : Un satellite est détruit par une pluie de météorites qui s’écrase sur New York. Ce phénomène annonce en réalité un énorme astéroïde de la taille du Texas qui percutera la Terre dans un futur proche et détruira toute forme de vie. Pour éviter la catastrophe, la NASA décide de recruter le meilleur foreur des Etats-Unis, Harry Stamper (Bruce Willis) afin de creuser un puits dans la roche spatiale pour y placer un engin nucléaire.  Cependant, ce dernier n’a aucune notion d’astronomie...

Mission scénaristique réussie ? Avec Michael Bay, on n’est jamais déçu pour faire ressortir les valeurs patriotiques des Etats-Unis. Une affirmation de puissance excessive est le maitre mot de ce film. On rajoute un casting bankable dont Bruce Willis, Ben Affleck et Liv Tyler. On obtient un blockbuster musclé mais sans âme.

« Houston, la mission est un échec : 1/5 »

  1. Space Cowboy de Clint Eastwood (2000)

Le couac spatial : Francis « Frank » D. Corvin (Clint Eastwood), William « Hawk » Hawkins (Tommy Lee Jones), Jerry O’Neill (Donald Sutherland) et Tank Sullivan (James Garner) sont membres d’une équipe soudée de l’U.S. Air Force. Avec la création de la NASA en 1958, ils perdent l’espoir d’aller dans l’espace ensemble lorsqu’on décide d’envoyer un chimpanzé à leur place pour une mission spatiale. Aujourd’hui retraité, on souhaite leur retour lorsqu’un satellite de communication russe, en parti monté par Franck, menace de s’écraser sur la Terre. 

Mission scénaristique réussie ? Une jolie réussite pour ce film de potes qui aurait pu intégrer notre Top 10. Entre liberté de ton et construction dramatique parfaite, Clint Eastwood utilise cette comédie comme une autodérision. Ce western spatial réjouit tout particulièrement par les traits sarcastiques des personnages, spécifiques aux jeux de ces roublards du cinéma américain. Cette œuvre est également la genèse des réalisations contemporaines de Clint Eastwood, annonciatrice des Gran Torino, Mystic River ou Million Dollar Baby.

« Houston, la mission est réussie 3/5 »

  1. Independance Day de Roland Emmerich (1996)

Le couac spatial : Le 2 juillet, jour du vote de l’indépendance des Etats-Unis, des ondes émises par une vie extraterrestre sont captées par le service du Pentagone. Peu de temps après, des vaisseaux géants prennent place au-dessus des grandes villes aux quatre coins de la planète, sans que personne ne connaisse le but de la visite des extraterrestres. Cependant, David Levinson (Jeff Goldblum), analyste, découvre de son côté que les ondes captées sont en réalité un compte à rebours avant l’enclenchement d’un rayon dont la force détruira instantanément les mégalopoles mondiales. Il s’ouvre alors un combat, mené par Steven Hiller (Will Smith), Capitaine de l'US Air Force contre les extraterrestres pour renvoyer ces derniers d’où ils viennent.

Mission scénaristique réussie ? A l’instar d’Armageddon, on est face à un film ultra-vitaminé montrant la capacité des américains à sauver le monde. Si l’extraterrestre semble très fort, l’homme affirme sa suprématie en images de synthèse et en combats vertigineux. Pour le reste, on s’abstient de creuser trop dans le scénario qui reste d’une superficialité sans nom, avec une portée sociologique grotesque comparant l’Indépendance des Etats-Unis à un combat acharné contre des êtres venus d’ailleurs.

« Houston, on ne vous reçoit pas très bien 2/5 »

  1. Alien, le huitième passager de Ridley Scott (1979)

Le couac spatial : En 2122, le vaisseau de commerce Nostromo fait route vers la Terre. Un signal venant d’une planète inconnue est détecté. L’équipage composé, notamment du capitaine Dallas (Tom Skerritt), du second officier Kane (John Hurt), et du lieutenant Ripley (Sigourney Weaver), va alors se rendre sur celle-ci pour enquêter sur la possibilité d’une vie extraterrestre. Lors de l’exploration, ils découvrent un vaisseau spatial contenant des œufs dont l’un éclot avant de se jeter au visage de Kane. Apparemment en bonne santé, l’équipage va très vite comprendre  le processus de procréation des Aliens…

Mission scénaristique réussie ?   Film d’une intemporalité saisissante qui maintient un climat d’angoisse intense auprès de toutes générations confondues. Métaphore d’un cancer, l’œuvre fait ressortir la peur primaire de l’existence d’un corps étranger logé en nous. Les décors sont très réussis et l’Alien est une conception originale minutieusement étudiée. La mise en scène monte crescendo à mesure que la mission échoue. Un modèle dans la science fiction contemporaine.

« Houston, la mission est réussie 4/5 »

Le Dossier autour de Gravity.

Réalisateur : (Indisponible)

Acteurs : (Indisponible)

Durée : (durée indisponible)

Date de sortie FR : (date indisponible)
Date de sortie BE : (date indisponible)
PARTAGEZ CET ARTICLE
LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE
Nom : (Obligatoire)
Mail : (Obligatoire)
Site web :
LIKEZ LE PASSEUR !
Critique mise en ligne le 22 Octobre 2013

AUTEUR
Antoine Corte
[70] articles publiés

Pris au dépourvu entre premier ou dernier rang de la salle de cinéma, ma critique relève du m&...
[en savoir plus]

NOS DERNIERS ARTICLES